La fragmentation de l’âme au moment de la mort

2/13
silhouette-de-fantome-dans-un-bois-hante

La plupart des gens croient que la mort leur permettra soit de préserver pleinement ce qu’ils croient être au paradis ou en enfer, soit de conserver la plus grande partie de leur essence en passant à la prochaine vie. Mais les clairvoyants de l’école Clairvision pensent différemment : ce que nous croyons être, va se désintégrer et se dissoudre ; et, de cela, il ne restera que très peu…

La théorie à présenter a été proposée par le Dr Samuel Sagan (Paris, 1957) et appartient à l’école de pensée Clairvision. Sagan a commencé ses études dans le domaine de la médecine conventionnelle, mais s’est ensuite intéressé aux médecines alternatives et à l’approfondissement de ses connaissances sur les questions liées à la spiritualité humaine. Parallèlement, il pratique la méditation depuis son adolescence et est actuellement le fondateur de l’école Clairvision.

clairvision-dr-samuel-sagan-7272424Venez-en à la théorie, qui affirme en gros qu’il n’y a pas d’unité dans le corps astral, dans le sens où il est composé de plusieurs « personnages ». C’est ainsi qu’au moment de la mort, seule une partie du corps astral survit et, par son incorporation à l’Ego ou au Soi supérieur, est transférée à la réincarnation suivante. La partie qui ne survit pas est constituée des caractères as qui, en raison de leur propre nature ou parce qu’ils n’ont pas été dûment renforcés, n’ont pas été intégrés dans le Soi supérieur ou l’Ego. La partie survivante, en revanche, est constituée des aspects caractériels qui, convenant à la constitution de la personnalité transcendante du sujet, ont exprimé des fins convergentes avec celles du Moi supérieur ou de l’Ego, et se sont donc intégrés à lui. Enfin, l’autre aspect de la théorie explique que les fantômes que nous voyons ne sont pratiquement jamais (ce qui n’est pas la même chose que toujours) rien d’autre que des aspects du corps astral (appelés « fragments ») des corps astraux des personnes décédées.

Jusqu’ici, la théorie semble claire, et pourtant la nature des concepts impliqués est telle que, si nous voulons vraiment comprendre comment elle se manifeste dans la réalité, il serait nécessaire d’entrer dans les détails, et c’est ce qui sera fait ci-dessous ; mais, et c’est de la plus haute importance pour la compréhension de la théorie, le lecteur doit lire toutes les notes de bas de page.

Les caractères du corps astral

Pour l’école de Clairvision, la conscience mentale, en vertu de sa projection sur le corps physique (opérée sur le cerveau), induit chez le sujet un « faux sentiment d’union ». Ce faux sentiment d’union se manifeste par le fait que le sujet croit qu’il est une et une seule personne, que son essence est unifiée, pour ainsi dire. Mais l’école de Clairvision affirme qu’il n’en est rien, que la perception de sa propre essence-identité est généralement la perception du corps astral (même si on ne sait pas que le corps astral existe), et que cette perception est déformée dans la mesure où le corps astral n’est pas constitué d’une seule personne-identité mais de plusieurs. Maintenant : comment est-ce possible ?

clairvision-fragmented-identity-9240187

L’explication part du fait que le corps astral est, entre autres, le corps des désirs (des plus matérialistes aux plus spirituels). Le problème est que, dans le corps astral, ses éléments constitutifs ne sont pas statiques mais dynamiques ; ce sont des forces actives et, par conséquent, elles peuvent être en conflit les unes avec les autres. Prenons un cas hypothétique pour bien comprendre : M. A, croyant au pardon et recherchant la liberté et la paix intérieures, souhaite oublier ce que B lui a fait et prie même pour B ; mais, d’un autre côté, A a un orgueil très fort et cet orgueil le conduit à la colère, et la colère le pousse à vouloir punir la faute de B par la vengeance. Que se passe-t-il alors pour M. A ? Il est dans un dilemme, causé par un conflit de désirs, car une partie de lui veut pardonner, et l’autre partie veut se venger. L’expression clé ici est « une partie de lui », car elle nous permet de comprendre ce qui se passe dans le corps astral de M. A. Pour être plus précis, dans le corps astral de M. A, il y a deux personnages en conflit, que nous pourrions appeler « le miséricordieux » et « le vengeur » : le premier en consonance avec la nature de l’Ego ou du Soi supérieur, le second en dissonance. Ce cas hypothétique nous montre comment chaque individu a plusieurs personnages dans son corps astral, puisque les désirs convergents sont agglomérés dans des entités énergétiques dynamiques (les personnages ou personnes du corps astral) ; mais comme tous les désirs ne sont pas convergents, et que l’individu est rempli d’une grande diversité de désirs, il y a plusieurs personnages dans son corps astral.

clairvision-divided-astral-body-7697354

Avant d’aller plus loin, il convient de préciser ce qui suit : l’école de Clairvision utilise indifféremment le mot « personne » et « personnage » ; cependant, elle affirme qu’en réalité le sujet croit être une « personne » alors qu’il est en fait plusieurs « personnes ». Comme on le voit, le choix du mot « personne » peut créer une confusion dans une déclaration aussi lourde, il vaudrait mieux parler de « personnage » et, au lieu de dire que le sujet « est plusieurs personnages », dire que « dans le corps astral du sujet il y a plusieurs personnages ». Ceci est d’une grande importance car, en réalité, l’être du sujet est un et se situe au-delà des caractéristiques qu’il possède, ou, en d’autres termes, au-delà de son essence. Ainsi, notre essence change avec le temps, mais c’est un seul et unique être dont l’essence subit ces changements ; car, en définitive, il est correct de dire que « l’être a une essence », et non que « l’être est une essence ». C’est pourquoi, au fond, l’école de Clairvision postule que chacun est influencé par les différents caractères de son corps astral, mais ne manifeste que celui ou ceux qu’il a choisi d’exprimer (le plus souvent, il l’a fait) ou qu’il a été forcé d’exprimer (comme dans le cas des addictions, y compris les tueurs en série qui ne peuvent contrôler leurs pulsions homicides).

Ayant clarifié ce qui précède, sur le plan structurel, nous avons que le corps astral ressemble à une mosaïque dont chaque partie correspond à un caractère astral ou « subpersonnalité astrale » et, à l’intérieur de cette mosaïque, il y a peu de communication entre ses différentes parties. Cela se comprend mieux avec l’exemple suivant : si vous décidez d’apprendre l’anglais et la gestion des affaires pour renforcer la partie mondaine qui recherche le succès matériel, les informations que vous mémorisez seront imprimées dans votre corps astral, dans la zone liée à cette subpersonnalité ; alors que si vous suivez un cours de philosophie et réfléchissez longuement et sérieusement à des problèmes tels que le sens de la vie ou la nature du bien et du mal, ces expériences seront imprimées dans la partie de votre corps astral liée à la subpersonnalité philosophique.

clairvision-fragments-in-conflict-2456615

Déjà dans la pratique, il n’est pas rare que les gens, par leurs sentiments, leurs émotions, leurs pensées et leurs actions, renforcent une subpersonnalité astrale beaucoup plus que les autres. Naturellement, cela n’est pas négatif, à moins que cela n’entraîne un trop grand déséquilibre, ou que la subpersonnalité astrale privilégiée soit de nature perverse. Un exemple du premier cas serait celui de l’ermite mystique qui, afin de nourrir sa subpersonnalité ascétique et contemplative, néglige toute forme de relation interpersonnelle, nourrissant ainsi insuffisamment la subpersonnalité qui cherche à donner et à recevoir de l’affection. Dans ce cas, la subpersonnalité ascétique et contemplative ne serait pas une subpersonnalité négative, mais elle serait devenue « la pièce dictatrice » du corps astral, laissant de côté d’autres pièces positives qui devraient également être prises en compte. Pour passer au second cas, un bon exemple serait le toxicomane qui travaille pour la drogue, qui trouve dans la consommation de drogue sa principale et presque unique motivation pour vivre, sans se soucier si cela, en lui brisant le cerveau, porte atteinte à sa subpersonnalité intellectuelle.

Enfin, si le sentiment d’identité unifiée est généralement une illusion produite par l’ignorance du caractère fragmentaire du corps astral, quel est le véritable sentiment, non illusoire, d’identité unifiée ? La réponse est : ce qui commence à se produire lorsque, après un contact – par la méditation, par exemple – avec notre Moi supérieur (Ego) et une prise de conscience ultérieure de sa nature, nous commençons à nous concentrer sur les objectifs de ce Moi supérieur (Ego) et, par conséquent et dans la mesure où nous le faisons correctement, son énergie commence à intégrer certaines subpersonnalités de notre corps astral et à faire fonctionner la totalité de nos subpersonnalités astrales de manière convergente et harmonieuse.

La mort et la grande fragmentation

Selon l’école de Clairvision et d’autres écoles de pensée ésotériques, au moment de la mort, le complexe supérieur (corps astral et ego) et le complexe inférieur (corps physique et corps éthérique) se séparent. Le complexe inférieur commence alors à se dégrader, le corps physique se décomposant et le corps éthérique finissant par se dissoudre, quoique beaucoup plus lentement et, dans certains cas, étant lié au phénomène des fantômes.

 

Le moment crucial arrive lorsque le cerveau physique a cessé d’être un véhicule de la conscience, car alors le sujet (nous parlons de gens ordinaires, celui qui se souvient de cette théorie ne sera pas surpris…) se rend compte que son sentiment d’identité reposait sur une illusion en ce sens que, à l’intérieur de lui (dans son corps astral), il y avait de multiples personnages ou identités. Il voit ainsi son corps astral se fragmenter, contemplant avec angoisse comment toutes les subpersonnalités sont séparées et que seules restent unies celles qui ont servi (sans perdre leur essence) les objectifs du Moi supérieur ou de l’Ego, celles qui formeront ce que l’on appelle le « noyau du caractère ». Mais ce ne sont pas les deux seuls destins des fragments de caractère du corps astral à la mort, car il existe une troisième partie qui devient simplement de la poussière astrale et est dispersée dans l’espace. Mais… pourquoi certains fragments deviennent-ils de la poussière, alors que d’autres restent presque intacts sous la forme de subpersonnalités astrales détachées ? La réponse est que tout dépend du degré de cristallisation et de la construction du fragment. Ainsi, si W (une personne) n’a été obsédé par les mathématiques que pendant six mois de sa vie, ce fragment tombera en poussière ; car plus un fragment s’exprime longtemps et intensément dans la vie de l’individu, plus ce fragment se cristallise. Ce serait différent si W avait consacré dix ans de sa vie aux mathématiques, ou trente ans à la poésie.

Maintenant… qu’en est-il des aspects de nous-mêmes que nous avons réprimés, se sont-ils moins cristallisés parce que nous les avons réprimés ? Pas nécessairement, car lorsqu’il a été dit qu’un fragment se cristallise d’autant plus qu’il s’exprime dans la vie de l’individu, le mot « vie » était utilisé pour désigner à la fois la vie intérieure et la vie extérieure. Examinons le cas hypothétique suivant de deux nonnes : M et Q. M a utilisé la méditation et certaines tactiques psychologiques pour diminuer son désir sexuel, pour rendre cette partie de son être moins forte. Ainsi, au lieu de simplement réprimer ses désirs charnels, elle a essayé de laisser d’autres désirs les éclipser. C’est le cas de Q. Elle a toujours eu des désirs charnels intenses, mais au lieu d’essayer de laisser les autres désirs grandir au point de les supplanter, elle les a simplement réprimés, au point de développer des troubles psychologiques. Qu’adviendra-t-il du fragment astral correspondant aux désirs de Q ? Il arrivera qu’au lieu de se dissoudre en poussière, elle se manifeste comme une sous-personnalité astrale qui se détachera et suivra une vie indépendante jusqu’à ce que son énergie soit épuisée et qu’elle disparaisse. Il en sera ainsi parce qu’il s’est cristallisé, et il s’est cristallisé parce que, dans toutes les occasions où Q a dû lutter pour le réprimer, il était logiquement très présent dans sa vie intérieure. Enfin et naturellement, cela s’applique à toute autre tendance : de sorte que si, au moment de la mort, quelqu’un nourrit une grande haine et que, de son vivant, il n’a fait que réprimer son extériorisation (son expression en actes dans la réalité extérieure), il se retrouvera sûrement avec une subpersonnalité astrale plutôt effrayante, ce qui ne lui serait pas arrivé si, au lieu de simplement réprimer la haine, il avait eu recours à l’amour pour l’effacer… C’est pourquoi, dans le cadre de cette théorie, nous pouvons dire (au sens figuré) que personne n’échappe à son regard dans le miroir après sa mort.

Fragments astraux et parasitisme énergétique

Les fragments astraux ou subpersonnalités sont des entités actives et dynamiques, bien qu’elles manquent de liberté et de volonté car elles ne sont que de simples mécanismes énergétiques. Pour mieux comprendre, laissons les mots précis de Samuel Sagan servir :  » Le fragment n’a pas l’intention consciente de faire du mal. Ce n’est qu’un morceau stéréotypé de matière astrale qui cherche à répéter à l’infini ce à quoi il a été conditionné… ». En effet, le fragment n’est même pas conscient du sujet qui est mort ou des autres fragments. Il y a cependant un gros problème, c’est qu’une fois la personne morte, le fragment astral n’a plus le corps de la personne, car c’est à travers ce corps que le fragment était satisfait, qu’il s’agisse d’un fragment pianiste ou d’un fragment drogué… Que va donc faire ce fragment, cette subpersonnalité astrale programmée pour chercher sa subsistance à travers la satisfaction des pulsions-désirs qu’elle représentait dans la personne morte quand celle-ci était vivante ? Nous savons déjà que le fragment est un mécanisme et que, par conséquent, il ne pense pas et ne décide pas, ce qui nous mènerait à un problème compliqué si ce n’était le fait que chaque pensée, sentiment et action a une certaine fréquence astrale, une certaine vibration astrale. Dans le monde astral, le semblable attire le semblable, de sorte que, comme un clou attiré par un grand aimant, le fragment sera automatiquement attiré vers les lieux et les personnes qui peuvent le satisfaire.

 

Imaginons donc trois fragments astraux ou sous-personnalités : un fragment-alcoolique, un fragment-lutineux et un fragment-physiaturiste (ce dernier fragment n’est pas mauvais, sauf s’il nous fait consommer des stéroïdes…). Le premier finira probablement par capter les énergies d’un bar et partira à la recherche d’ivrognes ; le second, les énergies d’un bordel, d’une boîte de nuit ou quelque chose comme ça ; et le troisième, logiquement, ira dans un gymnase… Oui, toute cette histoire de tessons semble assez comique, mais n’oublions pas que c’est juste une façon de parler.

À ce stade, nous constatons que les éclats ont deux façons de se satisfaire une fois qu’ils sont à côté de leurs sources d’énergie potentielles. La première façon est d’absorber les énergies astrales que les gens émettent lorsqu’ils s’engagent dans les activités du fragment ; la deuxième façon est de s’attacher au corps astral de la personne, comme s’il s’agissait d’une sangsue. Heureusement, ce dernier cas n’arrive presque jamais, et lorsque c’est le cas, le fragment ne se détache pas à moins d’être détaché, et on dit alors que la personne a « attrapé une entité ».

Les fantômes : un cas particulier

Au cours de la vie, les différentes parties du corps astral sont reliées aux différentes zones du corps éthérique. Tous les fragments astraux n’ont pas d’énergie éthérique, mais certains en ont. Lorsque cela se produit, le fragment devient plus dynamique et, comme il devient plus complexe et possède plus d’énergie éthérique incarnée, il ressemble davantage à un être vivant.

Pour en revenir à la relation entre l’astral et l’éthérique, nous savons que, lorsqu’ils sont libérés au cours du processus de mort, les fragments astraux conservent généralement une certaine quantité d’énergie éthérique provenant de la partie du corps éthérique qui était la leur de leur vivant. Ainsi, une subpersonnalité du piano pourrait conserver l’énergie éthérique des mains, ce qui ne signifie pas qu’elle apparaîtra comme une main fantôme, bien que cela ne soit pas totalement impossible mais reste une possibilité lointaine….. Quoi qu’il en soit, le fragment astral va agir comme une moelle autour de l’énergie éthérique qu’il absorbe, et cette énergie va lui donner plus de consistance et de structure, et même lui permettre d’être vu (l’éthérique s’exprime électromagnétiquement et donc dans le monde physique) dans certaines circonstances ou par certaines personnes ; mais, en contrepartie, il aura besoin d’énergie éthérique pour se maintenir…

clairvision-fantasma-real-9952730

C’est ici que surgissent des entités pires que le purement astral, car l’énergie éthérique donne au fragment une plus grande capacité d’adhésion, non seulement par rapport aux personnes mais aussi par rapport aux plantes, aux objets et aux animaux, puisque chaque chose et chaque être possède une aura (champ électromagnétique, observable en photographie Kirlian) ou, ce qui revient au même, un corps éthérique.

Bien que, et de façon beaucoup plus frappante que le cas des entités, il y a celui des fantômes, qui sont l’expression de fragments extrêmement cristallisés et généralement complexes ; en effet, bien que tous les fantômes n’aient pas d’énergie éthérique, certains en ont et, dans la mesure où un fantôme a de l’énergie éthérique, il a le potentiel d’effectuer des actions dans le monde physique et, simultanément, il présente une plus grande probabilité d’être perçu.

Selon l’école de Clairvision, le fantôme n’est pas lié à une personne mais à un lieu, généralement une maison. L’explication est que, dans certains cas, les gens passent une trop grande partie de leur vie à un endroit et développent un attachement à cet endroit. Cela semble vrai si l’on tient compte du fait que les histoires de châteaux, de manoirs et de grandes maisons hantées sont très répandues ; en effet, en général, ceux qui vivent dans de tels endroits ont tendance à développer plus de liens avec eux que ceux qui vivent dans des maisons normales, et ils ont également tendance à y passer plus de temps (dans les lieux qu’ils habitent). Évidemment, ce qui est répété et cristallisé est la subpersonnalité d' »habitant de X lieu », mais cette cristallisation est fortement intensifiée si le sujet a un lien particulier avec le lieu.

Conclusions et observations

La théorie des fragments (subpersonnalités) semble très crédible à la lumière de la dialectique interne conflictuelle qui s’établit dans la dynamique psychologique des individus, ainsi qu’à la lumière des choses étranges que l’on voit souvent dans le monde astral, comme des faisceaux de lumière, des nuages lumineux, des amas informes d’énergie sombre, etc. C’est aussi une excellente théorie pour expliquer de façon logique la constitution progressive de la personnalité transcendante-divine au cours des incarnations, qui, comme le lecteur l’aura remarqué, serait constituée des segments du corps astral que, de vie en vie, l’Ego ou le Soi supérieur reprend et conserve. Il y a aussi d’autres raisons de la considérer comme une grande théorie, sauf en ce qui concerne l’explication des fantômes. Si nous nous souvenons de toutes les histoires et témoignages qui circulent dans l’environnement, dans les livres et sur le web, nous voyons que la théorie de l’école de la Clairvision couvre la plupart des cas mais en laisse d’autres de côté. Ainsi, pour montrer le pouvoir de quelques questions simples pour remettre en question la capacité de la théorie à couvrir tous les cas de fantômes : qu’en est-il des témoignages de fantômes qui parlent et raisonnent, qu’en est-il des témoignages de fantômes qui continuent à faire leur deuil parce qu’ils ont laissé quelque chose en suspens, quelque chose dont l’accomplissement est généralement important pour que leur âme (Ego ou Soi supérieur) continue le voyage dans l’au-delà ? Il y a des menteurs, certes, mais les témoignages sont si nombreux que le bon sens nous incline à penser qu’ils ne doivent pas tous être faux… Ainsi, le lecteur est le juge de la théorie ici énoncée.