Révélations sur la vie après la mort

8/13
reencarnacion-portada-4394374

 

Sortant de « The Astral Body and Other Celestial Phenomena » d’Arthur Powell, les idées que vous allez voir offrent une explication rationnelle de l’enfer et de ce qui se passe à la mort ; et, par une conception de l’au-delà comme une réalité dans laquelle la subjectivité intervient dans la construction de l’espace dans lequel le sujet se déplace, elles permettent d’unifier les différentes visions du Paradis.

Les idées qui suivent sont d’une grande pertinence pour le sujet de la vie après la mort et de la réincarnation. Idées qui ont été extraites (par voie de synthèse) du livre « The Astral Body and Other Celestial Phenomena » d’Arthur Powell [1], l’un des ouvrages les plus sérieux, rationnels et profonds dans un domaine où les théories superflues et/ou farfelues abondent.

La mort et  »l’après-vie’

.
reincarnation-intro-8411043Après la mort de chaque être humain, il doit passer par chaque sous-plan du monde astral jusqu’à ce qu’il atteigne finalement le monde mental une fois que le corps astral a été usé et que sa conscience passe alors dans le plan mental. Or, cette destruction du corps astral n’implique pas la destruction de tous les sentiments et émotions, mais plutôt une sorte de purification, dans laquelle les affections supérieures, libres d’attachement et d’impureté, subsistent évidemment comme éléments propices à l’évolution spirituelle.

Le monde Astral

Quant au temps passé dans le monde astral, il est variable, en moyenne de 20 à 30 ans, mais peut durer jusqu’à des siècles dans certains cas.

Pour en revenir au processus de transit post-mortem, il arrive qu’immédiatement après la mort, le sujet voit défiler devant lui toutes les scènes de la vie qu’il quitte, mais non pas sous une forme quelconque, mais d’une manière qui implique une compréhension[2] des causes profondes associées à chaque événement vital, de sorte qu’il peut ainsi atteindre la conscience qui découle de la connaissance de soi. Il convient toutefois de mentionner qu’après la mort, la conscience passe du corps physique au corps éthérique, où elle reste généralement quelques heures, puis passe dans l’astral. Une fois que cela s’est produit, un processus extrêmement important a lieu, une bifurcation dans laquelle la plupart des gens finissent par emprunter le pire chemin. Il se trouve qu’il existe différents sous-plans sur le plan astral, chaque sous-plan se distinguant de celui qui lui est immédiatement supérieur par le fait que ses vibrations énergétiques sont plus basses et moins subtiles, spirituellement moins élevées, pour ainsi dire. Ainsi, chacun de ces sous-plans astraux représente des tendances, des pulsions et des états de conscience. La bifurcation se produit alors lorsque l’Élémental de Désir[3] tente de redistribuer la matière astrale en un ensemble de couches dont la plus extérieure est la plus basse en vibration, la plus dense, la pire en nature.

reincarnation-diagram-about-astral-layers-in-astral-redistribution-6689527

Si cela se produit (si l’Elémentaire de Désir parvient à une telle redistribution), le sujet connaîtra le pire chemin à la bifurcation susmentionnée, il n’aura donc pas une vue claire du monde astral : il ne verra que ce qui est propre au sous-plan sur lequel il se trouve, apparaissant d’abord sur le plus bas des sous-plans, et ne pouvant atteindre le sous-plan le plus élevé qu’après s’être débarrassé de la matière astrale de tous les précédents, restant ainsi sur chaque sous-plan jusqu’à ce qu’il ait épuisé la couche de sa gaine astrale appartenant au sous-plan en question, Cela ne peut être réalisé que par un processus d’évolution dans lequel il surmonte les tendances de ce sous-plan en fixant son attention et sa volonté sur des choses spirituelles et supérieures (qui l’occuperont lorsqu’il atteindra le plan mental). Cela explique quelque peu ces communications avec les morts qui sembleraient confirmer la croyance en l’enfer, car ce qui se passe en réalité, c’est que la plupart des sujets, subissant le processus de réarrangement des couches et se trouvant dans les sous-plans inférieurs, ne voient que les choses négatives – ne voient, par exemple, que le côté sombre des corps astraux des vivants, les prenant ainsi pour des démons – et, parfois même, voient le côté sombre des corps astraux des vivants, les prenant ainsi pour des démons ; et parfois même, ils voient des extériorisations de leurs peurs et des peurs des autres, voyant ainsi de nombreuses illusions terrifiantes, notamment dans le cas de ceux qui, accablés de remords, meurent en pensant qu’ils vont en Enfer et se retrouvent en fait dans un enfer produit par leur propre esprit : Mais bien sûr, cet enfer n’est que temporaire, car il durera jusqu’à ce qu’ils se purifient des tendances de ce sous-plan astral inférieur, ou qu’ils prennent conscience que ce qu’ils voient n’est qu’une illusion… Malheureusement, beaucoup d’individus stagnent, car ils refusent de fixer leur esprit sur des choses plus élevées, et s’accrochent au terrestre, bien que, même s’ils persistent dans leur folie, la nature même du processus d’attrition astrale leur fera perdre le contact avec les mondes inférieurs. Il convient de noter à ce stade que la crémation est très utile pour aider l’esprit du défunt, car un cadavre (qui heureusement s’use tout seul) représente un certain degré de lien astral avec le monde physique.

réincarnation-no-redistribution-1925592La redistribution devenant inopérante peut se produire de deux manières : 1. Dans la première, le sujet a connaissance de l’enseignement sur les conditions du plan astral et sur ce qui se passe en matière de redistribution[4] et maintient une ferme détermination contre l’Élémental de désir que la redistribution n’opérera pas, de sorte que les particules astrales restent entremêlées comme elles l’étaient dans la vie, et qu’il n’est donc pas confiné à un seul sous-plan mais a conscience et liberté de tous les sous-plans selon la nature de son corps astral. Évidemment, l’élémentaire tentera d’instiller dans l’individu la peur d’empêcher la redistribution ; mais si l’homme est conscient de la clarté de vision et de la liberté qu’impliquerait la prévention de la redistribution, il tentera logiquement de faire la sourde oreille à cette peur et de persister dans sa résolution. 2. la redistribution a déjà eu lieu mais une ou plusieurs personnes vivantes assistent le défunt et parviennent à effectuer un travail astral suffisamment puissant pour inverser la redistribution.

A ce stade, nous pouvons nous demander : quels sont les différents sous-plans astraux et en quoi consiste chacun d’eux ? Il existe sept sous-plans et on peut dire ce qui suit à leur sujet :

reincarnation-7p-8240769Septième sous-plan :ce sous-plan a le monde physique comme toile de fond bien qu’il soit parfois vu comme partiellement déformé[5] et que dans ses zones les plus denses on ne puisse même pas voir quoi que ce soit car tout est ténèbres ; c’est, comme nous l’a dit Arthur Powell, « comme si on se frayait un chemin à travers un fluide visqueux noir ». Heureusement, la plupart des gens, après la redistribution du corps astral, sont inconscients tout le temps qu’ils sont dans ce sous-plan, c’est pourquoi ils ne souffrent pas parce qu’ils ne peuvent pas être conscients, car dans la vie leur conscience n’a pas atteint des états aussi bas de la condition humaine que ceux associés aux vibrations de ce sous-plan. C’est un endroit vraiment terrible et sinistre, l’endroit que de nombreuses (mauvaises) personnes qui ont frôlé la mort et ne sont pas mortes ont décrit comme l’enfer. C’est là que s’attardent les âmes des meurtriers, des violeurs, des drogués impénitents et des ivrognes accomplis, des voleurs et autres vermines ; c’est là que grouillent les visages maudits de ceux qui, de leur vivant, ont constitué la lie de l’Humanité… Pour avoir une idée de ce que c’est, regardons ce que le scribe Ani (qui l’a délibérément visité en voyage astral) a écrit il y a quatre mille ans : « Quel est ce lieu où je suis venu ? Elle n’a pas d’eau, pas d’air ; elle est profonde et sans fond ; elle est noire comme la nuit la plus noire ; les hommes y errent sans but ; en elle, un homme ne peut pas vivre avec un cœur paisible. »

reincarnation-6p-1500345Sixième sous-plan : La grande majorité des hommes restent même pour un temps sur ce sous-plan de manière consciente. Pourquoi ? Car c’est le sous-plan dont les vibrations, bien que n’étant plus associées à des impulsions mauvaises ou vicieuses comme dans le sous-plan précédent, sont associées par essence à ces attitudes en vertu desquelles les hommes concentrent leurs désirs et leurs pensées sur des choses mondaines, matérielles, superficielles, vides… Et bien sûr : presque tous les gens souffrent d’une certaine superficialité et mondanité, et donc presque tous passent au moins un certain temps ici. Or, comme dans le précédent, on perçoit ici le monde dans lequel on a existé dans la vie, bien que ce que l’on voit ne soit plus ce monde lui-même mais seulement son double ou sa contrepartie astrale ; mais, et il faut le préciser, non plus dans une sorte de version sinistre comme c’était le cas dans le septième sous-plan. Arthur Powell nous dit que les habitants de ce sous-plan se trouvent généralement dans les lieux où habitent ou résident ceux avec qui ils étaient le plus étroitement associés dans leur vie terrestre. Cela pourrait expliquer une multitude de cas où des personnes ont vu les esprits de leurs proches décédés, ce qui est possible puisque ce sous-plan montre parfaitement la superposition entre le monde astral et le monde physique ; car, comme on le voit, à un point donné sur Terre correspond un point (superposé) sur ce sous-plan.

reincarnation-4p-5805049Cinquième et quatrième sous-plans :Ces sous-plans ont également le plan physique comme arrière-plan (comme les précédents), seulement les vibrations y correspondent à des attitudes qui ne sont plus mondaines ou viles comme dans les sixième et septième sous-plans, et donc leurs habitants se sentent plus légers, moins denses, plus éloignés du monde de la matière et plus proches du monde de l’esprit. Or, il y a quelque chose de très important qui commence à se produire dans ces deux sous-plans avec une grande force : l’entrée de la subjectivité et de l’intersubjectivité dans la construction de l’environnement. Ce que nous voulons dire, c’est que ceux qui vivent ici (surtout sur le quatrième sous-plan) peuvent modifier (consciemment ou inconsciemment) dans une certaine mesure leur environnement en fonction des contenus mentaux les plus persistants (souvenirs, croyances, etc.). Il faut dire qu’ici la perception de ce qui se passe dans le monde des vivants est moindre que sur les plans précédents…..

réincarnation-1p1-2775059Troisième, deuxième et premier sous-plans:Dans ces sous-plans, le subjectif et l’intersubjectif déplacent l’objectif. Ici, la distance avec le monde physique est devenue si grande que des médiums sont nécessaires pour communiquer avec les vivants, une telle communication étant presque impossible sur le premier sous-plan ; ici, on ne voit plus rien du monde des vivants et les lieux que l’on voit peuvent être des types suivants : 1) ceux créés par soi-même, 2) ceux créés par une autre personne particulière, 3) ceux créés par un groupe humain, un groupe contenant habituellement un ensemble de générations qui, pendant des siècles, ont eu des croyances communes qui ont été incarnées dans des lieux stables à l’intérieur de ces sous-plans. Un peintre pleurerait de bonheur en atteignant ces sous-plans, car il pourrait vivre dans ses propres tableaux, et s’il rencontrait un autre peintre, il pourrait visiter les tableaux de l’autre peintre…. Sur ces sous-plans, en particulier ceux qui ont assimilé les enseignements occultes concernant la nature du monde astral, se dotent souvent de l’environnement dans lequel ils vivent à leur guise. Ainsi, si l’on est un grand fan de The Legend of Zelda ou de Final Fantasy, on pourrait volontiers vivre dans n’importe quel paysage de l’un ou l’autre de ces jeux : bien sûr, pas tant dans les paysages tels qu’ils sont réellement que tels qu’on s’en souviendrait… Mais il faut noter que les lieux construits par un ou quelques sujets n’ont pas le même degré de stabilité que les lieux construits par des générations d’êtres humains. Par conséquent, si vous vous trouvez là et que vous vous souvenez de ces lignes, n’attendez pas trop de laisser un endroit construit pour les autres, qui pourra être utilisé pendant un temps considérable après avoir quitté le monde astral et être passé dans le monde mental. Car les seuls scénarios qui survivent au temps sont, comme je l’ai déjà dit, ceux construits par de grands groupes humains. Si vous ignorez ces enseignements occultes et que vous êtes un homme de foi, voici ce qui se passera : le Juif verra sa Jérusalem d’or et croira que le judaïsme était juste ; le croyant en Islam verra des palais d’or et d’argent, des chevaux d’une blancheur incomparable et des jardins éblouissants, et croira que sa religion était juste ; et ainsi de suite. En bref, toute personne croyante verra le paradis de sa religion respective dans la mesure où la nature des plans astraux supérieurs le permet. Mais il y a une chose très importante à garder à l’esprit, c’est que tout cela est largement possible parce que, comme l’indiquent les spirites dans ce qu’ils appellent « Summerland », les gens sur les plans astraux ont tendance à se regrouper selon des caractéristiques telles que la langue, la nationalité et encore plus la croyance : Ainsi, si vous êtes un témoin de Jéhovah hispanophone et que vous rencontrez ces champs pleins de beauté et d’animaux vivant en paix avec les gens, vous trouverez sûrement des gens qui parlent espagnol… Maintenant, si quelqu’un meurt et n’a pas de croyance ou connaît ces enseignements et par conséquent le caractère quelque peu artificiel des différents paradis, cela ne l’empêche pas de pouvoir les visiter…..

Réincarnation

.
reincarnation-baby-9834388Après avoir quitté le monde astral, être passé dans le monde mental et avoir accompli la période prescrite (qui varie d’un individu à l’autre) dans le monde mental, l’Ego[6] doit retourner dans le monde physique par le biais d’une autre incarnation. Comme chacun sait, en choisissant un nouveau corps (qui inclut un nouveau cerveau…), l’Ego a une charge karmique et transporte avec lui les germes et les graines de sa dernière vie (appelés « skandhas » par les bouddhistes), qui doivent se manifester dans les qualités physiques, les idées abstraites, les facultés mentales, les tendances de l’esprit, etc. Cependant, il faut souligner que ce qui précède ne suffit pas à déterminer les caractéristiques qu’aura le nouveau sujet, car il commence réellement non pas tel qu’il était lorsqu’il est mort dans son incarnation précédente, mais tel qu’il était à la fin de sa vie sur le plan mental après être mort dans son incarnation précédente….. Ainsi, les germes de sa vie antérieure n’agiront que dans la mesure où ils étaient présents dans ce dernier état sur le plan mental ; en outre, d’autre part, le sujet peut très bien avoir développé certaines qualités sur le plan mental et dans les plans astraux supérieurs qui l’ont précédé, incorporant ainsi des éléments acquis post-mortem dans son incarnation suivante.

Une fois l’incarnation consommée, il faut noter que les tendances avec lesquelles on arrive sont plus des tendances latentes que des tendances pleinement fonctionnelles. Quant aux facultés que vous possédez en tant que produit du karma, vous pouvez soit les développer au point de leur faire jouer un rôle beaucoup plus important que dans les vies précédentes, soit, en partie à cause de l’environnement, les laisser dans un tel état de dormance et de quiescence qu’elles finissent par s’atrophier au point de ne plus réapparaître dans l’incarnation suivante… Donc vous savez : attention à ne pas utiliser les talents que vous avez…..

Quant à la beauté ou à la laideur avec laquelle on naît, A. Powell nous livre un fait curieux lorsqu’il affirme que de nombreux visages hideux (voire amorphes ou monstrueux) aux traits animaux sont le produit karmique de leur porteur qui aurait eu son côté instinctif trop exacerbé ou certaines caractéristiques liées à l’animalité comme, par exemple, le fait d’être colérique… Et ce n’est pas une absurdité, surtout si l’on tient compte du fait que les personnes au visage hideusement féroce sont généralement violentes…

réincarnation-dissolution-4745059Enfin, il y a quelque chose de très important à dire, et c’est que dans les deux A. Powell et dans le Livre d’Urantia, la réincarnation peut non seulement aller vers le haut (évolution) et faire que l’Ego cesse de se réincarner sur Terre et continue son cycle évolutif dans les mondes supérieurs mais, et ceci est d’une gravité extrême, la réincarnation peut aller vers le bas (involution) et culminer dans la dissolution de l’âme… Quand cela se produit-il ? Cela arrive lorsque toute trace de bonté et d’amour pour les choses sublimes (art, science, philosophie, spiritualité, valeurs éthiques universelles, etc.) a disparu, lorsque le sujet a perdu toute possibilité de repentir et de changement de cap : quand il a perdu ce qui est nécessaire pour qu’il soit possible de le sauver ou de se sauver lui-même… En étant plus technique, on pourrait expliquer la situation en disant que ce qui précède revient à dire que le sujet atteint un point où la partie divine de l’individu ne peut plus communiquer avec l’esprit conscient, ce qui implique que le soi-disant « fil d’argent »[7] a été brisé et que l’âme est perdue….. Pour un être humain (si l’on peut appeler ce qui reste après cela…), arriver à ce point est désastreux parce que ce n’est pas que la mort biologique viendra à lui et que nous serons débarrassés du malin qui a perdu son âme ; non. Quand cela arrivera, il restera de lui une âme qui a perdu son âme, une âme qui a perdu son âme. Lorsque cela se produira, il restera de lui une entité astrale capable de se réincarner avec un corps humain, une entité astrale formée de pure énergie négative qui est connue sous le nom d’élémentaire humain[8]. Heureusement, cet élémentaire humain cessera de se réincarner après quelques incarnations au cours desquelles son énergie aura été complètement épuisée. Quand cela arrivera, l’Elémentaire Humain cessera simplement d’exister…..

[1] Arthur Powell était un théosophe dont les œuvres ont été publiées au début du 20ème siècle.  Ses connaissances étaient très vastes et il a étudié en profondeur les œuvres complètes d’occultistes importants tels que Helena Blavatsky, Charles Webster Leadbeater et Annie Besant.

[2]On peut noter ici que le mort conserve ses souvenirs et le même degré d’intelligence qu’il avait de son vivant lorsqu’il était dans la force de l’âge (ainsi, si une personne atteinte d’Alzheimer meurt, elle retrouvera sa lucidité à la mort) ; il conserve même sa personnalité et ses tendances ; mais, comme on le verra plus loin, il sera purgé de beaucoup de ces tendances et de certains aspects de sa personnalité.

[3] Une sorte d’entité énergétique relativement autonome, liée et conditionnée par la nature des tendances et des désirs du sujet. Comme tous les élémentaires, l’élémentaire de désir tend à une fusion avec le matériel, c’est pourquoi l’élémentaire de désir tente, après la mort, de faire en sorte que le sujet s’attache à ses désirs terrestres et le submerge ainsi dans la matérialité liée au bas astral (où règnent les passions inférieures typiques du matérialisme de l’homme : luxure, avidité, attachement aux possessions, etc.)

[4] Diverses expériences ont montré qu’en réalité la compréhension occulte de ces questions est d’une grande utilité pratique dans l’au-delà, même si dans la vie elles étaient considérées comme de simples hypothèses de probabilité.

[5]Ceci explique pourquoi, dans tant d’expériences de dédoublement astral parmi les vivants, le sujet voyageant dans l’astral a parlé de lieux très semblables aux lieux terrestres, des lieux qui sont souvent comme des versions macabres ou sinistres avec de légères altérations : ceci, bien sûr, si nous parlons du septième sous-plan.

[6] Le moi immortel et divin qui habite le corps causal (le corps subtil qui contient les expériences de vie en vie dans le processus des incarnations).

[7]Ce fil de substance subtile relie le sujet à son âme.

[8}L’élémentaire humain peut expliquer l’existence de monstres comme Gille de Rais qui, dès l’enfance, ont montré une tendance incompréhensible au mal et une absence totale d’humanité…