Les objets maudits

21/35
objetos-malditos-doll-7085834

Il y a des objets qui ont des malédictions insurmontables derrière eux. C’est le cas du diamant Hope, du saphir violet de Delhi et de la voiture de James Dean. Mais il existe aussi d’autres objets qui sont maudits dans le sens où ils apportent de mauvaises énergies : poupées vaudoues, crânes, symboles sataniques, etc…

.
Un objet maudit est quelque chose qui peut être compris de la manière suivante : soit comme un objet qui attire simplement une mauvaise énergie, soit, à proprement parler, comme un objet qui attire une mauvaise énergie et qui est lié à une malédiction spécifique. Un aspect très important est de savoir si l’objet a été infesté ou non, et cette infestation peut être exercée par une entité astrale sans conscience (une larve astrale, par exemple), ou par un spectre conscient, ou même par un démon… Dans tous les cas, l’intensité de la mauvaise énergie attirée par l’objet, peut aller de la manifestation d’une simple « malchance », à la manifestation de la mort du propriétaire de l’objet, cette dernière se produisant pratiquement toujours dans les objets ayant reçu une malédiction spécifique.

objets-maudits-3785868

Il existe plusieurs critères pour classer les objets maudits. L’une d’entre elles est le caractère individuel ou le caractère générique de l’objet : ainsi, la voiture de James Dean appartiendrait à la première classe, tandis que les statuettes de Satan et les poupées vaudoues appartiendraient à la seconde. Un autre critère de classification, largement utilisé par les spécialistes du sujet, est celui des objets qui ont subi une malédiction en étant utilisés en magie noire, et ceux qui n’ont participé à aucune forme de magie mais qui sont liés à un esprit.

Dans le premier cas, le praticien de la magie noire place délibérément une malédiction sur l’objet. Ici, la malédiction cherche toujours à nuire à une personne ou à un groupe de personnes. En général, c’est le premier cas, et dans ce cas, le praticien de la magie noire cherche généralement un objet qui, sur la base d’un lien avec la cible de la malédiction, est propice à la tenue de la malédiction. L’exemple paradigmatique est la poupée vaudou, car le sorcier est toujours à la recherche de cheveux, de raclures d’ongles, de sang, de poils ou d’un autre élément qui sert de pont énergétique, comme une bague (en supposant qu’il puisse se la procurer) ou un autre objet que la victime visée porte fréquemment. Théoriquement, l’élément ou les éléments utilisés comme pont énergétique entre la représentation (poupée) et le représenté (personne), seront astralement liés à la personne, et donc, en conjonction avec le processus à suivre (étapes rituelles, visualisations), permettront que ce qui est envoyé à la poupée finisse par atteindre, dans une plus ou moins grande mesure, la personne qui est la cible de la malédiction… Or, en quoi cela fera-t-il de la poupée vaudou un objet maudit en général et pas seulement pour la personne qui est la cible de la malédiction ? L’explication est qu’il y a pratiquement toujours des esprits ou des démons qui aident le magicien dans ce processus, et qu’à cette fin ils placent leurs énergies dans la poupée, de sorte qu’elle reste un aimant de calamités pour celui qui l’a près de lui.

cursed-objects2-1898139

Dans le second cas, celui des objets qui n’ont pas été impliqués dans la magie noire mais qui sont liés à une entité spirituelle négative (un mauvais esprit ou un démon), nous voyons que généralement ce lien (entre l’objet et l’entité) s’est produit parce que, avant d’exister, l’objet possédait déjà de mauvaises énergies (énergies des plans astraux inférieurs), qui attiraient l’entité. C’est généralement le cas lorsque l’objet a séjourné pendant longtemps dans des lieux chargés de vibrations spirituelles sombres, tels que des lieux de culte satanique, des lieux où l’on pratiquait la magie noire, des maisons hantées, etc. Mais aussi, même si l’objet n’a pas fréquenté de tels lieux, il peut finir par être infesté parce qu’il a été étroitement lié à quelqu’un qui était possédé ou hanté par des démons ou des mauvais esprits. Toutefois, les éléments ci-dessus ne sont pas les seules possibilités. On pourrait, par exemple, imaginer le cas d’un tueur en série qui tuait toujours avec le même couteau, le laissant tellement imprégné de son énergie qu’il est devenu lié au tueur au point qu’après sa mort, le couteau est devenu un aimant potentiel de sa présence, et de crimes similaires chez celui qui en devient le nouveau propriétaire.  Quant aux cas réels, on sait que des familles voyagent et ramènent des figurines qui étaient utilisées dans des cultes païens où l’on invoquait des esprits : ainsi, lorsque les figurines étaient laissées chez eux, elles finissaient par déclencher une activité paranormale liée aux esprits aux invocations desquels elles étaient associées. Il convient de préciser que l’entité représentée par la figurine n’a pas besoin d’être réelle : il suffit que la figurine soit utilisée dans des activités d’invocation, car elle agit comme un aimant pour les esprits maléfiques ou non évolués.

Comment se débarrasser d’un objet maudit est une autre affaire : si vous le jetez ou l’abandonnez ailleurs, l’objet reviendra très probablement de façon mystérieuse, ou si un esprit y était attaché, il est fort possible que l’esprit ne parte pas ; si vous le brûlez, soit il ne brûle pas bien et continue à influencer, soit son effet ne cesse pas complètement, du moins pas avant un certain temps. Le démonologue Lou Gentile recommande donc de prendre l’objet, d’y joindre une note expliquant le problème et de le déposer aux portes d’une église, de préférence évangélique, car les évangéliques ont tendance à accorder plus d’importance à ces questions que les catholiques.

.

Objets maléfiques cellulaires

Le diamant de l’espoir

cursed-objects-hope-diamond-9074313La légende situe l’origine de cette gemme en Inde, où elle aurait été sertie dans une statue de la déesse Sita, à l’intérieur d’un temple de cette divinité. Mais le diamant a été volé et on n’en a plus entendu parler jusqu’en 1660-1661, lorsque le marchand français Jean Baptiste Tavernier l’a acquis et l’a vendu au roi Louis XIV de France en 1669 pour 220 000 livres.

On pense que le diamant était maudit. Après l’avoir vendu, Tavernier s’est retrouvé en faillite et a fui en Russie, où il est mort de froid et où son cadavre a été retrouvé rongé par des rats ?

Le roi Louis XIV, quant à lui, conservait le diamant dans un coffre, et en 1691, la gemme est apparue lors de l’inventaire du trésor royal. C’est là que Madame de Montespan, la maîtresse du roi, s’est entichée du diamant et a insisté pour que le roi le lui donne : une grave erreur, car elle est rapidement tombée dans la misère et est morte dans l’oubli en 1707. De plus, dans les dernières années du XVIIe siècle, la France a souffert de pestes et d’épidémies, ce qui a été attribué au diamant, bien que ce soit évidemment une exagération disproportionnée. De retour à Louis XIV, il montre le diamant à l’ambassadeur du Shah de Perse lors d’une visite le 7 décembre 1715. Peut-être à cause de cela, il mourut lui-même de façon inattendue, et son successeur (Louis XV) ordonna de placer le diamant dans un coffre, oubliant le bijou ; à juste titre, car aucun malheur ne lui arriva.

Plus tard, sous le règne de Louis XVI, l’épouse du roi, Marie-Antoinette, s’appropria le bijou en 1774, mais finit par le prêter à la princesse de Lamballe. On ne sait pas si c’était le diamant, mais les superstitieux attribuent à la belle pierre précieuse le fait que, dans le contexte de la Révolution française, Marie-Antoinette, le roi et la princesse de Lamballe ont tous été décapités.

Dès 1792, des voleurs se sont emparés du diamant, mais la splendeur de la gemme les a incités à s’entretuer pour l’obtenir, et un seul a survécu pour le conserver jusqu’en 1820, date à laquelle il l’a montré au tailleur néerlandais Wilhelm Fals afin qu’il puisse en extraire deux bijoux. Le premier de ces bijoux a été acquis par Charles Frederick William, duc de Brunswick, qui, après l’avoir acquis, a été laissé dans la rue sans que plus de deux mois se soient écoulés… Le second a été pris par le fils du coupeur Wilhelm Falls, qui l’a « emprunté » pour le vendre à un Français appelé Beaulieu, mais après cela, son père est mort de chagrin, puis il s’est suicidé…

Effrayé après avoir appris tous les malheurs liés à la gemme, Beaulieu vendit la pierre à David Eliason, un tanneur juif, qui, après l’avoir achetée, apprit la légende et la vendit au roi George IV d’Angleterre ; qui, ignorant les malheurs qui assombrissaient l’éclat du diamant, l’enchâssa dans la couronne qu’il se faisait fabriquer… C’est là que l’on voit le pouvoir de cette pierre maudite, car le roi perdit la raison en 1822, et mourut huit ans plus tard.

Avec la mort de George IV, le riche Sir Henry Hope est apparu sur la scène, qui collectionnait les bijoux mais ne voulait pas prendre de risques avec le diamant, il a donc engagé un groupe de rosicruciens pour effectuer une cérémonie magique et exorciser le bijou. Même les éminents rosicruciens ne pouvaient pas manipuler le bijou, qui a été baptisé de son nom actuel après la cérémonie d’exorcisme supposée réussie.

Croyant que la gemme était inoffensive, Sir Henry l’a gardée et l’a vendue en 1901 à un Américain nommé Colot. Apparemment, la cérémonie rosicrucienne a fonctionné, mais seulement pour Sir Henry, car Colot a perdu sa santé et sa fortune après avoir acquis le bijou, et en désespoir de cause, il l’a vendu au prince Kanitowski, un noble russe ayant un penchant pour la fête et une immense fortune.

Kanitowski, coureur de jupons par vocation, s’est rendu à Paris où il a offert le diamant à une vedette (une sorte de danseuse), mais il s’est ensuite disputé avec elle et l’a abattue… Après avoir récupéré le diamant, Kanitowski l’a vendu au Grec Simon Montarides.

Peu de temps après avoir acquis le joyau, Simon se trouvait dans un carrosse avec sa femme et son enfant, mais le carrosse est tombé et ils sont tous morts… Apparemment, le diamant n’était pas avec Simon, car plus tard, Abdul Hamid II, roi de Turquie, l’a acquis, perdant finalement le trône lors d’une révolution et finissant ses jours derrière les barreaux d’une prison. Celui qui a mis la main sur le diamant a ensuite disparu au milieu de l’océan, mais la pierre précieuse n’était pas avec lui et s’est retrouvée sous la garde d’une banque française, qui a fini « mystérieusement » par faire faillite, avant de vendre le diamant au rédacteur en chef du Washington Post.

Le rédacteur en chef du Washington Post n’a pas non plus été pardonné pour le bijou, car sa femme est tombée gravement malade et son fils a été renversé par une voiture… Craignant le pire, il a vendu le diamant malheureux à la famille Mac Lean.

Comme tout le monde, les Mac Lean ont été punis par le diamant : en 1918, l’un des fils de huit ans a été écrasé et tué, puis une fille est morte d’une overdose de somnifères, et enfin le père de famille est devenu dépressif et a fini ses jours dans un asile d’aliénés… La misère, le diamant a laissé la misère partout où il est passé : Consciente de cela, Mme Mac Lean a fait stocker le diamant dans un coffre-fort sécurisé, où elle l’a conservé pendant 20 ans, jusqu’à ce que sa petite-fille Evelyn Wash Mac Lean meure mystérieusement au Texas.

Le diamant a finalement été vendu à l’expert en diamants Harry Wiston, qui n’a pris aucun risque et l’a transféré au Smithsonian Institute de Washington, où il demeure à ce jour, enfermé derrière une urne en verre, comme s’il s’agissait d’un brillant assassin…

Le diamant du Koh-i-Noor

objets-maudits-kohinor-5374033Ce diamant, dont le nom signifie « la montagne de lumière », a un sombre passé… Il pèse 105 carats, figurait autrefois parmi les plus grands diamants du monde, et est passé entre les mains de souverains hindous, mongols, perses, afghans, sikhs et britanniques. Il a été pris comme trophée de guerre une multitude de fois, et tous ses propriétaires ont perdu leur trône ou sont tombés en disgrâce. La raison en est la malédiction dont il fait l’objet, qui apparaît dans un texte hindou de 1306, date de la première apparition confirmée du bijou. La malédiction dit :  »Quiconque possède ce diamant gouvernera le monde, mais connaîtra aussi tous ses malheurs. Seul Dieu, ou une femme, peut le porter en toute impunité ».

En raison de la malédiction du diamant, il est suggéré que, si le monarque qui le possède est un homme, il doit le donner à sa femme. Quoi qu’il en soit, pendant la colonisation britannique de l’Inde, le diamant est passé à la couronne britannique, tombant entre les mains de la reine Victoria, qui a pu le porter en toute impunité parce qu’elle était une femme.

Aujourd’hui, le diamant reste la propriété de la Couronne britannique et est exposé comme attraction touristique dans la British Tower. L’Inde l’a revendiqué avec force, mais la Grande-Bretagne ne le rendra jamais.

Le Saphir Pourpre de Delhi

Scientifiquement, ce joyau n’est pas très surprenant, mais historiquement et culturellement, il l’est. Il s’agit d’une énorme améthyste violette (que l’on a confondue avec un saphir), entourée d’un mystérieux anneau d’argent portant des symboles astrologiques et des mots mystiques ; de part et d’autre de l’anneau d’argent entourant la gemme se trouvent deux bijoux de type scarabée sculptés ensemble.

Le bijou serait originaire de l’Inde, dans un temple de la déesse Indra dans la ville de Delhi, jusqu’à ce qu’il soit volé lors d’une émeute (par les Britanniques…) au cours de l’année 1857. On dit que la pierre avait une malédiction qui était activée par son vol.

Après le vol, la pierre a été emmenée en Angleterre par le colonel W. Ferris, mais il n’a pas fallu longtemps pour que toute la famille du colonel soit en mauvaise santé et que la situation économique soit terrible. La pierre précieuse en est-elle responsable ? Au départ, le colonel n’en était pas sûr, mais lorsqu’il l’a donné à un ami et que celui-ci s’est suicidé de manière incompréhensible, W. Ferris n’a eu aucun doute sur la nature maudite de la pierre.

cursed-objects-delhi-zaphire-8473125

Par la suite, en 1890, le joyau est entré en possession de l’auteur Edward Heron Allen, un ami du célèbre écrivain Oscar Wilde. Edward croyait que la pierre précieuse était « triplement maudite », même s’il n’était pas superstitieux et avait une bonne formation académique incluant des connaissances scientifiques. Pourtant, Edward ne put s’empêcher d’être terrifié lorsque deux de ses amis, désireux de posséder le joyau, moururent après avoir été satisfaits… Puis le joyau lui revint, mais il le jeta dans un canal car il ne voulait pas le revoir. Il la détestait, mais la pierre voulait le tourmenter et en trois mois, un opérateur de drague l’a trouvée, l’a vendue à un bijoutier et le bijoutier la lui a rendue après l’avoir reconnue. Il savait alors que la pierre avait quelque chose de surnaturel et qu’elle le hantait. Il l’a donc gardée dans un coffre-fort et l’a confiée à des banquiers pendant 14 ans, jusqu’à ce qu’en 1904, sa première fille naisse et que, craignant pour sa santé, il la donne au musée d’histoire naturelle à la condition que le coffre ne soit ouvert que trois ans après sa mort, et que sa fille ne touche jamais le bijou et, pire encore, ne le possède jamais.

En 1943, Edward meurt et les banquiers donnent le bijou au Musée d’histoire naturelle. Trois ans plus tard, lorsque la boîte a été ouverte, ils ont trouvé une note glaçante à côté de la belle gemme :  » Qui que ce soit, après l’avoir ouverte, il doit d’abord lire cet avertissement, et ensuite il peut faire ce qu’il veut avec le bijou « . Je lui conseille de le prendre et de le jeter à la mer. » »

Après avoir lu l’avertissement, le personnel du musée a placé la pierre précieuse dans une urne, où elle est restée jusqu’en 2004, lorsque John Whittaker a dû l’apporter à la Heron Allen Society pour un événement. Là, il est devenu évident que la malédiction continuait, car pendant le voyage, une terrible tempête s’est levée, la pire que Jean ait jamais vue. Était-ce la pierre ? Il n’en était pas sûr jusqu’à ce qu’il doive le porter une deuxième fois, après quoi, aussi rapidement que si c’était un effet, il lui a donné un virus à l’estomac ; et, enfin, il a réaffirmé ses soupçons quand, après avoir dû le porter une troisième fois, il lui a donné un calcul rénal ?

Les images des enfants en pleurs

.

objects-cursed-picture-4703633

Dans les années 1970, la mode était de décorer les maisons avec des photos d’enfants en pleurs. L’auteur des tableaux serait un certain Bruno Amadio, qui pourrait être d’origine italienne puisqu’il signait ses tableaux « Giovanni Brangolin ».

À propos de ce Bruno Amadio, une légende veut que ce soit un peintre qui ait fait un pacte avec le diable en échange de la célébrité et de la reconnaissance, car au milieu du 20e siècle, ses tableaux étaient déjà très populaires et avaient des centaines de reproductions.

L’horreur de l’affaire est apparue lorsque se sont accumulées les histoires d’incendies dans lesquels la seule chose qui restait à l’abri des flammes à l’intérieur de la maison brûlée était l’un des tableaux d’enfants en pleurs que Bruno Amadio avait créés, même s’il s’agissait d’une copie et non d’un original. C’est ainsi qu’est née la légende selon laquelle le fait d’y faire pendre un des enfants pleureurs de Bruno Amadio revenait à être maudit par le feu et les phénomènes paranormaux.

La légende a atteint son apogée dans les années 1970 et, avec elle, les commandes de tableaux ont diminué au point que les copies ne sont plus fabriquées. Au milieu de cette atmosphère superstitieuse, ceux qui possédaient un de ces tableaux le détruisaient ou le conservaient. Certains disaient même qu’à certaines dates, on pouvait faire un pacte avec le diable en fixant les yeux d’un de ces enfants, et l’imagination populaire s’est emballée au point de créer l’histoire de l’origine de la malédiction. Cette histoire prétendait que Bruno avait réalisé la première de ces peintures en s’inspirant d’un enfant souffrant dans un orphelinat, qu’après avoir réalisé la peinture, l’orphelinat avait brûlé, que tout le monde était mort et que seule la peinture était restée intacte, abritant en quelque sorte l’esprit de l’enfant et l’empreinte énergétique du feu…..

La voiture de James Dean, « Little Bastard »

La devise du défunt acteur était : « vivre vite, mourir jeune et laisser un joli cadavre ». Il a respecté sa devise et est mort beaucoup trop tôt.

Tout a commencé lors du tournage du film Giant, et James Dean a acheté une Porsche 550 RS Spyder, qu’il a baptisée « Little Bastard » et qu’il a conduite à toute vitesse le 30 septembre 1955, mourant lors d’une collision avec une Ford Tudor. Son passager, un mécanicien et ami de l’acteur Rolf Weutherich, survit mais souffre d’une jambe et d’une clavicule cassées.

George Barris, un type qui avait réparé plusieurs voitures de célébrités, est resté avec le Petit Bâtard pour voir quelles pièces il pouvait utiliser. La malédiction commençait.

objects-cursed-james-dean-4397330

Alors qu’ils descendaient le petit bâtard avec des cordes, celles-ci se sont rompues et la voiture est tombée, brisant les jambes d’un des mécaniciens. Deux des roues du Petit Bâtard ont ensuite été fixées à une voiture de course et, au milieu d’une course, les deux pneus (les deux retirés du Petit Bâtard) ont éclaté, la voiture a percuté un véhicule concurrent et le conducteur est resté dans le coma pendant plusieurs jours. Cela pourrait être une pure coïncidence, mais George Barris avait également vendu l’arbre de transmission et le moteur, chacun à un conducteur différent. Les deux étaient des voitures de course, et les deux sont morts après avoir incorporé des pièces du véhicule maudit de James Dean dans leurs voitures.

Barris avait vraiment peur et a vendu ce qui restait (la carrosserie et le châssis) à un musée de Sacramento ; curieusement, lors d’une exposition, le petit bâtard est tombé du piédestal sur lequel il se trouvait et a cassé la hanche d’un jeune visiteur…..

Craignant que la malédiction ne soit vraie, les propriétaires du musée ont décidé d’envoyer le petit bâtard à la casse, où il serait finalement détruit. Mais le Petit Bâtard était le roi des bâtards, un objet maudit parmi les maudits : ainsi, alors que le camion l’emmenait à la casse, une voiture l’a percuté, si fort que le conducteur de la voiture qui a percuté le camion est mort enterré, son corps juste sous le Petit Bâtard, également connu sous le nom de « Porsche d’Avernus ». Finalement, c’est peut-être cet autre nom que James Dean lui a donné qui a créé la malédiction, qui a libéré l’Avernus…

La pierre maudite de Carlisle

Depuis quelques années, la ville anglaise de Carlisle est en proie à des inondations, à la fièvre aphteuse, à un taux de chômage élevé et à un déclin indéniable de son équipe de football. Pour les autorités locales et la plupart des villageois, la « pierre maudite », un gros rocher sur lequel est gravée une malédiction écrite en 1525, est à blâmer.

L’origine de la pierre maudite remonte à 2001, lorsque l’artiste Gordon Young, mandaté par le conseil municipal, a gravé sur une grande pierre la malédiction que, en 1525 et sur la base de plusieurs livres, l’archevêque de Glaslow a créée « contre ceux qui osent piller, détruire ou voler dans leurs territoires ». Une malédiction composée de 1069 mots, initialement destinée aux « barbares du nord, qui ont fait des raids dans la région ».

objects-cursed-carlisle-stone-1483250

Il semble que la malédiction de l’évêque était restée en sommeil, attendant une matérialisation qui lui donnerait le pouvoir de s’abattre comme un lourd rocher sur ses victimes désemparées qui, contrairement aux espoirs de l’auteur de la malédiction, n’étaient pas des « barbares » mais des personnes civilisées. Ainsi, instantanément après la formation du grand rocher, la fièvre aphteuse s’est abattue sur Carlisle et la campagne a été jonchée de vaches mortes, puis il y a eu un énorme incendie et de nombreuses usines ont été fermées, puis un enfant a été assassiné, et enfin, en plus des échecs de l’équipe de football locale, des pluies torrentielles sont tombées et ont inondé les rues, les parcs et les cultures…..

À cause de tout cela, certains politiciens de la ville ont proposé de détruire le rocher, mais le conseil municipal refuse, car il considère qu’il est irrationnel de prendre de grandes décisions sur la base de superstitions.  Quoi qu’il en soit, le médium israélien Uri Geller a proposé d’exorciser le rocher et de libérer la ville de la malédiction, mais pour cela, il demande que le rocher soit apporté dans son jardin, ce que ses voisins refusent catégoriquement car ils ne veulent pas que la malédiction les approche.

La femme de Lem

.

objects-cursed-lem2-6059714La Femme de Lem est une sculpture datant de 1500 avant J.-C. et a été trouvée à Chypre en 1878. Son premier propriétaire était un collectionneur anglais, et en l’espace de 4 ans, lui et toute sa famille sont morts. Puis le propriétaire suivant est également décédé dans les 4 ans qui ont suivi… Il a ensuite été apporté au musée d’Édimbourg, et dans les 4 ans qui ont suivi, le conservateur du musée est décédé. On dit que la statue porte une malédiction associée aux 4, peut-être liée aux 4 arcs sur ses oreilles et aux 4 colliers sur sa tête.

.

Objets d’un caractère générique

.
Nous allons maintenant faire connaissance avec différents types d’objets maudits, bien qu’il ne s’agisse pas d’objets maudits au sens strict ; ou, en d’autres termes, ils n’ont pas de malédiction spécifique, mais apportent simplement une mauvaise énergie, bien que cela ne doive pas être pris à la légère, car cette mauvaise énergie peut apporter le malheur et la maladie dans certains cas. Toutefois, il est nécessaire de préciser que de nombreux objets présentés ici se voient attribuer une mauvaise énergie sur la base de simples superstitions.

Les plantes qui apportent une mauvaise énergie :

  • Le Cordatum
  • La couronne du Christ
  • Le Potus
  • La patate douce
  • Toute plante avec des épines

objects-cursed-crown-of-christ-6556873

Remarque : il n’y a aucune base rationnelle pour attribuer une mauvaise énergie à ces plantes ; et, comme on peut le voir avec « toute plante avec des épines », la croyance en la mauvaise énergie de la plante est souvent associée aux connotations de certains aspects de la plante : cela, par exemple, est donné avec la propriété d’avoir des épines, puisque les épines sont associées à la douleur.

Objets qui apportent une mauvaise énergie à notre maison selon le Feng Shui :

  • Tout objet cassé :On pense que, lorsqu’un objet est endommagé, il perd sa forme et sa fonction, et avec lui son énergie, ce qui entraîne un facteur de déséquilibre et/ou d’usure énergétique dans l’environnement.
  • Verre endommagée :L’explication ci-dessus est particulièrement valable pour les verres endommagés (battus, fissurés, ébréchés, brisés), et surtout pour les miroirs brisés, d’autant plus si un miroir brisé est placé devant un autre miroir brisé.
  • Chaussures endommagées ou jamais portées :A partir des mécanismes de circulation énergétique, il est suggéré que les énergies négatives des personnes s’accumulent dans leurs chaussures, et lorsque vous avez une chaussure endommagée ou jamais portée, cette énergie accentue encore plus son caractère négatif.
  • Les livres endommagés :Cela découle du principe des objets cassés, avec la particularité que le livre, en ayant des idées dedans, est censé (lorsqu’il est endommagé) générer une pollution énergétique à un niveau plus subtil.
  • Horloges endommagées :Parce que l’horloge représente le passage du temps, on a cru (par superstition peut-être) qu’une horloge endommagée avait tendance à ralentir notre progression, la réalisation de nos objectifs.
  • Antiquités :Dans ce cas, il y a une bonne raison de se méfier de l’objet. Il se trouve que les bijoux anciens sont souvent chargés de l’énergie de la ou des personnes qui les ont possédés. Cette énergie, comme nous le savons, est une empreinte astrale, et cette empreinte astrale comporte généralement des aspects négatifs, puisque les bijoux anciens se trouvaient presque certainement dans un environnement où il y avait des conflits et de la souffrance. C’est pourquoi il est recommandé de les soumettre à un processus de purification, qui consiste à les immerger dans de l’eau avec du sel marin pendant 24 heures, après quoi ils doivent être placés au soleil pendant trois heures d’affilée.
  • Articles ou appareils médicaux :Lorsque ces artefacts ont appartenu à un malade, il est recommandé de ne pas les conserver sauf en cas de besoin, car ils ont déposé l’énergie astrale des maux de santé du malade qui les avait.
  • Lits d’enfant :On estime que les lits d’enfant doivent être retirés ou rangés lorsqu’ils ne sont pas nécessaires, sinon ils entravent la croissance de l’enfant. Comme vous pouvez le constater, le raisonnement ici est plus psychologique qu’ésotérique, car il a trait à la perception par l’enfant de ce que représente le berceau.
  • Les berceaux pour bébés.
  • Vieux meubles en bois, cassés ou effrités :Cela découle du principe des objets cassés, avec la particularité qu’ils sont particulièrement nocifs dans la mesure où ils ont tendance à être fréquemment utilisés.
  • Photos ou papiers liés à des situations douloureuses :A part la base psychologique évidente (voir la photo, ou lire le papier, nous fera revivre la douleur), on pense que ces objets contiennent, dans une large mesure, l’énergie astrale de ce qu’ils représentent. Ainsi, il n’est pas conseillé de conserver les cartes de ruptures sentimentales, par exemple.
  • Cendres de parents ou d’êtres chers :D’un point de vue énergétique, cela s’apparente à la conservation d’un cadavre, et peut même être la cause d’une activité paranormale.
  • D’un point de vue énergétique, cela s’apparente à la conservation d’un cadavre, et peut même être la cause d’une activité paranormale.
  • Rubans de veillée, écharpes et corsages :Ces objets conservent l’empreinte astrale correspondant à la souffrance déversée lors de la veillée et portée.
  • Ils peuvent être utilisés comme moyen de conserver l’empreinte astrale de la souffrance déversée lors de la veillée.
  • Pain gaspillé :Le pain ne doit jamais être jeté ou mis à la poubelle. Bibliquement, il est considéré comme sacré. Jeter le pain entraîne la pauvreté et les problèmes économiques en général. S’il y a des restes de pain, procédez comme suit : mouillez-les d’abord, afin qu’ils ne puissent pas être mangés. Il est ensuite placé dans un sac en plastique et laissé à l’air libre pendant 24 heures. Ce n’est qu’après cette procédure qu’il peut être jeté dans un sac à déchets.
  • Opales:Elles sont censées apporter des interférences, de l’usure ou de l’instabilité énergétique, surtout si elles sont bleues, rouges ou noires. Mais attention : il s’agit presque certainement de pure superstition.
  • Un excès de noir :Le noir absorbe l’énergie, c’est pourquoi les bougies noires sont utilisées pour drainer les énergies négatives de l’endroit où elles sont allumées. Psychologiquement, le noir est associé à des problèmes négatifs, et cela, ajouté au caractère qu’il a sur le plan énergétique, fait qu’il est définitivement nuisible d’avoir un excès de noir là où nous vivons. Le noir est associé à des aspects émotionnellement douloureux, et un signe de cela est que dans les rêves des personnes déprimées, le noir est plus présent que dans les rêves des personnes non déprimées.
  • Le noir est associé à des aspects émotionnellement douloureux, et un signe de cela est que dans les rêves des personnes déprimées, le noir est plus présent que dans les rêves des personnes non déprimées.
  • Pyramides orientées :Les pyramides doivent être orientées vers le nord et de préférence près des endroits bien éclairés (au bas des fenêtres où le soleil entre, par exemple). Cette croyance est basée sur la vibration produite par la structure géométrique de la pyramide, et la relation de celle-ci avec les pôles magnétiques de la Terre.
  • Objets de la mer :Dans le Fenhg Shui, on pense que le monde marin possède une énergie particulière, différente du monde terrestre, et à partir de là, on suggère que le fait d’avoir des coquillages et autres objets de ce type constitue un facteur de perturbation énergétique.
  • Animaux disséqués:On croit que la mort et les processus impliqués dans la mort ont une énergie particulière, de sorte que posséder des animaux empaillés équivaut à stocker l’énergie des cadavres.
  • Plantes, fleurs séchées, plantes d’extérieur placées à l’intérieur:Toutes ces choses sont réputées drainer l’énergie de l’environnement, et il semble que ce ne soit pas une superstition, puisque c’est la base sur laquelle certains livres recommandent d’étreindre les arbres pour décharger notre énergie négative.

Tout type de symbole, d’image ou de figure lié au satanisme : les symboles ont généralement, même au minimum, l’énergie de ce qu’ils représentent, et il en va de même pour les images et les figures. Il est donc conseillé de ne pas avoir de représentations de choses appartenant au monde du satanisme. Cela s’applique particulièrement aux symboles, images ou figures qui ont été utilisés dans des rituels.

cursed-cranium-objects-2595645

Crânes, ossements ou autres objets de personnes décédées : Cela a déjà été expliqué plus haut, mais il convient de mentionner qu’il est particulièrement dangereux d’avoir des restes d’humains décédés, car ils sont fortement associés à l’énergie de la personne décédée, et peuvent dans certains cas déclencher une activité paranormale, ou contaminer énergétiquement le lieu si le défunt était quelqu’un de mauvais (un voleur, un meurtrier, un dealer, etc.).

objects-cursed-sword-9461960

Objets qui étaient étroitement liés à quelqu’un de maléfique : ces objets portent des empreintes astrales très fortes de leurs anciens porteurs, et ces empreintes astrales peuvent influencer notre aura et, à travers elle, nos émotions et notre comportement.

Poupées vaudous

Nous faisons ici référence aux poupées vaudous qui ont été utilisées dans des rituels ou qui ont été fabriquées pour être utilisées dans des rituels, même si elles n’ont pas encore été utilisées. Il ne s’agit pas de simples représentations, telles qu’elles peuvent être utilisées pour des expositions dans des musées. Quant à l’explication, elle a déjà été donnée plus haut.

Objets liés à certains cultes païens dans lesquels des esprits sont invoqués : ces objets sont dangereux car ils ont souvent été utilisés dans des invocations et ont fini par être associés à certains esprits. Ce n’est pas, comme le croient les évangéliques, que ces objets représentent de faux dieux qui sont en fait des démons. Les entités qu’ils représentent n’existent tout simplement pas (du moins dans la grande majorité des cas), mais cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas associés à l’entité qui, sur le plan astral, a été générée par la foi qu’ont les personnes du culte. Il ne s’agit pas d’une entité dotée de volonté et de conscience (à moins qu’un tulpa ait été généré, mais cela ne se produit que si des personnes psychiquement douées sont intervenues), mais d’une structure énergétique associée à certains schémas psychiques. Cependant, le principal danger de ces objets ne réside pas dans ce qui précède, mais dans le fait que, comme nous l’avons souligné au début de l’article, généralement certains esprits (du bas astral) viennent lors de la réalisation de rituels et finissent par déposer leur énergie dans les objets utilisés lors du processus rituel.